Il est condamné à mort au Texas pour le meurtre de Stacey Stites.

Rodney Reed est noir, Stacey était blanche.

Depuis 1998, il clame son innocence.

Fin 2019, un coup de théâtre a relancé l’affaire : un ancien néo-nazi qui prônait la supériorité de la race blanche veut aujourd’hui, par son témoignage, sauver le condamné noir

Cette histoire est emblématique des fractures raciales de l’Amérique, l’histoire de Rodney Reed divise l’opinion et tient le pays en haleine.

En octobre 2019, à trois semaines de l’exécution programmée de Rodney Reed, l’affaire connaît un extraordinaire rebondissement, avec un témoignage que personne n’attendait.

Codétenu de Jimmy Fennell, Arthur Snow, un militant blanc néo-nazi prônant la supériorité de la race blanche, aurait recueilli ses confidences.

Voici ce que lui aurait confié Jimmy Fennell : “Un jour, il m’a dit : ‘J’ai été obligé de tuer ma fiancée.

Il a dit : ‘La pute à nègre, elle devait mourir.’ Il nous a raconté qu’il l’avait étranglée avec une ceinture.

Il était furieux qu’elle couche avec Rodney Reed, qu’il appelait ‘le négro’. Et moi qui suis du Sud, je comprends sa colère, on est racistes, au Texas ! C’est une histoire d’ego : être cocufié par un Noir, c’est la pire des humiliations !”

Le cas de Rodney Reed sera-t-il réexaminé par la justice ? En attendant de le savoir, Rodney Reed est toujours détenu – comme 213 autres prisonniers en attente d’exécution au Texas.

Mais lui est devenu un symbole, celui de l’inégalité des Noirs devant la peine capitale.