L’activiste a été condamné à 2 mois de prison avec sursis et 200 000 Francs CFA d’amende au Burkina Faso, pour outrage à des chefs d’états.

Il avait été interpellé le 21 décembre dernier pour injures à l’encontre des présidents du Burkina, de Côte-d’Ivoire, du Niger et de France.

Il avait qualifié le président du Burkina de “passoire”, le président Nigérien de “fou”, le président Ivoirien de “dramatique”, et le président Français de “petit ou marionnettiste”.

Kémi Séba qui a dit ne rien regretter, a déclaré: “Je ne regrette absolument rien de ce que j’ai dit, et j’assume chaque mot, chaque lettre. Tant que nos présidents continueront à recevoir des ordres des forces néocoloniales Françaises, il y aura une jeunesse Africaine qui prendre ses responsabilités, peu importe le prix à payer”

Pour Kémi Séba et son avocat, ce procès est la conséquence des injonctions du président Français aux présidents Africains afin qu’ils recadrent leur opinion publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *