La clémence du verdict peut  s’expliquer par le pardon accordé aux deux accusés par le père Luc Biquez.

« Je ne peux qu’espérer que vous trouverez un chemin plus cohérent et plus droit. Pour ce qui est de moi, je ne vous en veux pas. J’espère que vous puissiez en prendre une réelle conscience et pas seulement avec des mots faciles », avait déclaré le curé de Genay mardi à la barre, en se tournant vers les deux accusés.

Marc Foé a été condamné ce mercredi après-midi à cinq ans d’emprisonnement ferme par la cour d’assises de Lyon pour vol avec arme et séquestration.

« Le pardon a été accordé. Ils étaient très jeunes. C’est une peine d’apaisement, d’espérance », a réagi Laurent Bohé, l’avocat du prêtre.